Monday, April 7, 2008

Clinton : rien ne va plus !

À deux semaines des primaires en Pennsylvanie, la campagne d’Hillary Clinton perd pied après un bien mauvais week-end. Le coup de grâce est venu dimanche avec la démission forcée de Mark Penn, le stratège en chef d’Hillary Clinton. Penn a été engagé par le gouvernement colombien et a récemment rencontré ses représentants pour négocier et permettre la signature d’une entente bilatérale de libre échange avec les États-Unis alors que sa candidate, Mme Clinton, dit s’y opposer. Cette révélation tombe à un bien mauvais moment. Elle sème un doute sur les intentions réelles de Mme Clinton face à cet enjeu économique important pour les travailleurs de la Pennsylvanie inquiets de perdre des emplois.

Trois autres éléments se sont ajoutés à cette dernière embûche. Vendredi, en fin de journée, les Américains ont eu la confirmation que les Clinton étaient riches. Leurs rapports d’impôts des sept dernières années indiquent qu’ils ont accumulé des revenus totalisant 109 millions de dollars. Une information qui encore une fois, risque de créer un écart entre leur discours populiste et leur réalité économique bien au-dessus de la classe moyenne.

Deuxièmement, la campagne de la Sénatrice Clinton a récolté deux fois moins de fonds au mois de mars comparativement au Sénateur Obama, soit 20 millions de dollars contre 40 millions de dollars. C’est sans compter les 8 millions de dollars que Mme Clinton devait à la fin du mois.

Troisièmement, Hillary s’est une fois de plus fait prendre à raconter une demi-vérité lors d’une allocution en Ohio en fin de semaine. La voix pleine d’émotion, elle a raconté l’histoire d’une maman dont le bébé n’a pu être sauvé. Selon Mme Clinton, cette maman sans assurance, n’avait pu obtenir à temps un rendez-vous avec un médecin. Or, l’hôpital qui a pris en charge l’enfant s’est empressé de communiquer avec l’équipe Clinton pour lui dire que cette histoire était fausse puisque la maman avait une assurance.

Tous les candidats connaissent des erreurs de parcours dans une campagne électorale. Mais est-ce le mauvais sort qui s’acharne sur Hillary Clinton ? Ou est-ce de l’autodestruction ? Mme Clinton est responsable du choix de ses collaborateurs et n’a pas vraiment d’excuses quant à la stratégie qu’elle a choisie de suivre. La mise à pied d’un proche collaborateur en plein milieu de la course n’est pas une première dans le camp Clinton. Il y a à peine quelques semaines, sa directrice de campagne a du démissionner aussi. Depuis déjà un bon moment, l’équipe de cette dernière est divisée quant à l’approche stratégique à prendre. Comment expliquer que le personnel de la candidate n’ait pas vérifié les faits avant qu’elle ne fasse le lien entre la mort d’un bébé et le système de santé qu’elle dénonce ? Pourquoi les Clinton ont-ils attendu à la dernière minute, et cela au pire moment de la campagne, pour dévoiler leurs revenus si ce n’est qu’ils ne souhaitaient pas avoir à le faire ?

Bref, rien ne va plus ! La campagne d’Hillary Clinton est jalonnée d’erreurs et la candidate fait face à une course à obstacles de plus en plus insurmontables. Il y a six mois la campagne des Clinton semblait intouchable. Depuis, Barack Obama s’est avéré un adversaire remarquable, mais sa réussite est aussi le résultat des erreurs que ne cessent de comettre les Clinton.

Catherine Cano - Canovision

2 comments:

Mélissa said...

Il serait préférable pour madame Clinton de rendre les armes pour le bien du Parti démocrate.

Anonymous said...

je suis d'accord... Mme Clinton devrait se résignée...